• Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

    Première approche du lac Baïkal

    Nicolas avait choisi de faire escale à Irkutsk pour une raison majeure, la ville ne présentant en soi que très peu d’intérêt (voir l’album photo) : nous rendre de là à l’île d’Olkhon, petit bout de terre pelé perdu au milieu du lac Baïkal… et dans les faits une véritable perle !

    Après 6 heures de voyage plutôt chaotique en minibus, dans la digne tradition des chauffards, euh … chauffeurs russes, suivis d’une demi-heure de ferry, nous mettons le pied dur l’île. Durant le voyage, nous traversons des contrées quasi désertiques, ponctuées de part en part de petits hameaux de maisons en bois et soudain, nous entre apercevons un éclair bleu qui se prolonge, se cache derrière un virage, une colline pour réapparaître ensuite énorme, majestueux… Le lac Baïkal ! La taille de l’Angleterre, 636km de long, 60 de large, le lac le plus profond du monde (1,6km), la première réserve d’eau douce non glacée, 15°C maximum en été, et bien sûr intégralement gelé en hiver : une merveille !

     Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps  Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du tempsOlkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

    Nous arrivons finalement dans la capitale de l’île… Les photos sont plutôt parlantes : plein de bicoques en bois,  équipées de paraboles, des rues de terre battue, mais un panneau signalant un passage piéton (!), des vaches se promenant tranquillement sur l’artère principale, un marécage en guise de place centrale et, au cœur de ce village hors du temps, notre auberge, type village Disneyland de prime abord, quelque peu décalée dans le décor ambiant ! Au final, pas si superficielle qu’elle en avait l’air : maisonnettes en bois, parti pris résolument écologique (tri – pour la première fois en Russie – pas d’eau courante mais un mécanisme verseur dans les chambres, toilettes sèches, lapins, poules, chiens se promenant librement…), de très bons petits plats (soupe d’Omul, poisson endémique du lac, tous les jours), des bains russes (divins !) et notre première chambre double depuis notre départ (enfin, nous avons quand même du rapprocher les deux lits jumeaux !) : grand luxe !

     Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du tempsOlkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

    Et puis, des paysages de rêve : coucher de soleil sur le lac, face aux Shaman Rocks, rochers à la puissance magnétique reconnue, et dès le lendemain, excursion jusqu'à la pointe nord de l'île, en minibus... En fait, nous n'avions rien vu la veille, en matière de pistes défoncée et de conduite aventureuse !

    Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

     Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du tempsOlkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

     

     

     

     

     

    Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

     

     

     

     

     

     Mais le jeu en valait la chandelle : des paysages à couper le souffle ! On se croirait face à l’océan, avec des falaises tombant à pic, des petites îles parsemant la surface mais aucune terre à l’horizon. Imaginez ce paysage figé dans la glace pendant 3 mois !

    Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

     

    Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

    Olkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du tempsOlkhon Island : une parenthèse de luxe dans un décor hors du temps

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Olkhon Island nous a vraiment séduits. Après nos nombreuses excursions citadines et malgré notre petite escapade dans les montagnes krasnoyarskiennes (!), voir le grand large nous a requinqués… et motivés pour enchaîner directement, après nos 32 prochaines heures de train, sur un périple de 6 jours en Mongolie… en minibus !


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    3
    la cantarelle
    Samedi 15 Octobre 2011 à 17:59

    Ils sont pire que les marseillais pour la conduite. Quel beau paysages, mais ou sont les règles de sécurité ....... pour évaluer les responsabilités en cas d'accident!!!!!!!!! profitez bien de cette chance que vous vous êtes offert. Allez bonne route, prenez des coussins pour les fesses pendant la route, a quand d'autres commentaires passionnants. bisous à vous deux,  Mamie .

    2
    Sandrine24
    Vendredi 14 Octobre 2011 à 09:18

    Superbe paysage !!!

    Et quelle belle récompense après ce long et périlleux trajet...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    mamoun'
    Jeudi 13 Octobre 2011 à 21:14

    Magnifique!!!!

    ça donne vraiment envie d'y aller. Combien d'épaisseur de couche "polaire" pour 1 mamounette toujours gelée?

    gros bisoux de gap où la température, en journée, est printanière...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :